15 octobre 2007

BienBienBien, c'est Bien


chryde2 | lien permanent | commentaires (1)


Ecoutez le nouvel album des Shout out ouds


Musique | lien permanent | commentaires (0)


07 mai 2007

Jeune entrepreneur cherche nouveau boulot. Disponible illico et très motivé.


What the... ? | lien permanent | commentaires (0)


22 avril 2007

Les docteurs fument des Camels !


Kitsch | lien permanent | commentaires (0)


Onze façons d'améliorer les performances de votre mac.


Mac | lien permanent | commentaires (0)


La plus belle, la plus drôle, la plus fine des consignes de vote a été donnée par The Lazy Sunbather. Ecoutez bien les paroles...


Actualité | lien permanent | commentaires (0)


Mesurer la pollution des autombiles avec un gros ballon gonflable. Une belle idée de WWF.


Actualité | lien permanent | commentaires (0)


02 avril 2007

Ces photos qu'on aurait aimé prendre, on peut aussi les raconter :  Unphotographable


| lien permanent | commentaires (0)


15 mars 2007

Tremble Digg, tremble Le Monde,  MySpace News arrive. Et ce n'est même pas une blague.


| lien permanent | commentaires (1)


14 mars 2007

David Sylvian est non seulement un excellent musicien, c'est aussi un bon photographe


Photo | lien permanent | commentaires (0)


Plein de documentaires gratuits (et "la plupart" dans le domaine public", qu'ils disent)


Vidéo | lien permanent | commentaires (1)


Au milieu d'un océan de flou,  Google Maps a repéré une caravane dans le désert.


Photo | lien permanent | commentaires (2)


05 mars 2007

La plus belle interface web du moment est sur [Self Titled].


Web/Tech | lien permanent | commentaires (0)


Allez, comme à TechCrunch 25 startups to watch, selon CNNMoney


Web/Tech | lien permanent | commentaires (0)


Ces Américains qui aiment leurs flingues.


Photo | lien permanent | commentaires (0)


Cartoon Brew, un blog sur le dessin animé, la BD, très bien documenté


Blog | lien permanent | commentaires (0)


Plein de documentaires libres d'accès sur Google Video.


Vidéo | lien permanent | commentaires (0)


Les petits bonhommes des passages piétons s'animent. Dommage que ce soit une pub.


Vidéo | lien permanent | commentaires (0)


Des photos, en macro, d'insectes écrasés contre des pare-brises.


Photo | lien permanent | commentaires (0)


Un agrégateur d'articles et de conseils sur le design et la gestion de weblogs : Weblog Tutorials.


Weblogs | lien permanent | commentaires (0)


26 février 2007

Toi aussi joue à Lost : Fais toi même tes étiquettes Dharma Initiative


Fun | lien permanent | commentaires (1)


De chics hôtesses de l'air d'une autre époque


Cute | lien permanent | commentaires (0)


12 février 2007

Quand un bon journaliste se sert à merveille de la liberté de ton du blog... Quand Sarkozy fait son marché


A lire | lien permanent | commentaires (1)


Tout le monde l'aime, c'est normal, c'est une idée géniale : The Folding Chair.


Vidéo | lien permanent | commentaires (1)


Les lieux mythiques de Twin Peaks photographiés en réel : In Twin Peaks, WA.


Weblogs | lien permanent | commentaires (0)


www.flickr.com
This is a Flickr badge showing public photos from chryde. Make your own badge here.














« Vers Arcade Fire | Accueil | Voilà, on arrête »

30 novembre 2007

Pointblog vu par le fumiste

Bon, j'ai vraiment d'autres choses bien plus importantes à gérer. Mais en même temps, j'avais besoin de le faire. Voici donc mon histoire personnelle de Pointblog.

Christophe Ginisty est un professionnel de la communication. Un vrai, un bon, un tueur. Il en a encore fait la preuve la semaine dernière, avec un billet irréprochable sur le désastre Pointblog : point d'affect, point d'attaque qui ne soit justifiée, une chronologie très précise des faits, avec des chiffres, des noms, point de zone de flou, c'est un vrai travail de pro. Même s'il y avait des mensonges, ils seraient dûrs à montrer du doigt, et quand il insulte, il ne nomme pas, mais en dit assez pour qu'on devine de qui il parle. Bref, on voit que le gars a géré quelques crises.

Seulement voilà. Avec ce billet, Ginisty fait ce qu'il avait tristement arrêté de faire après le gros clash d'avec Fievet : jamais depuis un an n'a-t-il communiqué de son propre chef sur les avancées de ses démêlées, sur ses efforts (s'il y en avait eu) pour payer les pigistes et rembourser Gilles Klein. Jamais nous, collaborateurs de Pointblog, n'avons nous reçu de mail, de courrier, pour nous dire ce qui est dit dans ce billet. Vous remarquerez que les expressions du style "laisser tomber" ou "jeter l'éponge" sont fréquentes dans son billet. C'est ce qu'il a fait. Qu'il ne nous paye pas, c'est quelque chose. Qu'il nous laisse tomber c'en est une autre.

J'ai collaboré à Pointblog dès le début de sa nouvelle mouture. J'étais motivé, je collaborais bien. je devais être payé 500 € forfaitaires par mois. Que ce soit ou non "un encouragement à la fumisterie", je n'en sais rien, c'est la somme pour laquelle j'avais accepté de faire ce travail. Fievet était un bon red chef : il nous signalait les sujets, les tendances, organisait la rédaction, répartissait les articles, soulevait les débats, ce malgré les maigres moyens (une mailing list) dont il disposait pour faire tout cela. Les archives ne sont pas là pour le montrer, mais à cette époque là, j'écrivais beaucoup, je me dévouais au site, loin d'être le fumiste décrit par Ginisty. J'étais motivé, je passais beaucoup de temps à chercher des sujets originaux, pertinents, ce qui prenait pas mal de temps car Fievet se débrouillait toujours pour être au courant et publier le premier... Ginisty, lui, nous réunissait mensuellement pour nous parler des divers projets qu'il avait pour Pointblog. On sentait qu'il bossait beaucoup avec Fiévet, mais nous étions rarement en rapport direct avec lui.

Tout allait pour le mieux. Plusieurs mois ont passé, je n'avais pas signé de contrat, je n'avais pas été payé pour mes piges, mais j'avais le temps, j'avais un emploi stable, et travailler pour Pointblog m'intéressait, ce n'était pas pressé (quel con).

Un soir, lors d'une des réunions Pointblog (qui avaient toujours lieu dans un grand hôtel de la rue de la Paix, G. sait vivre...), Ginisty et Fiévet nous annoncent tout sourire qu'ils veulent lancer Netizen. Je me souviens qu'à la fin de la réu, Ginisty me confie être "déçu de [notre] manque d'enthousiasme". Comment te dire Christophe, qu'aucun de nous n'y croyait autant que vous deux ? En apprenant le lancement de Netizen, je me suis senti comme un gosse de 17 ans à qui sa nouvelle copine lui annonce qu'elle est enceinte. Dans le fond, c'est peut être chouette, mais ne sommes nous pas un peu jeunes pour ça ? Nous avions tellement de projets qui n'aboutissaient pas (un abécédaire, un système de 'club de blogueurs influents' géré par Pointblog qui permettrait à ses membres d'accéder à des tests produits, un nouveau design...), et voilà qu'on nous en balance un qui n'a pas grand chose à voir, qui va à coup sûr vampiriser le site sans que l'on soit sûr que ça en vaille la peine.

Et tout ça s'est confirmé. La berezina. Fiévet s'est investi à fond dans le projet, et Ginisty et lui ont mis du temps à admettre que les deux missions étaient difficilement cumulables, et d'annoncer que Fiévet quittait la rédaction en chef de Pointblog. Entre temps, nous avions été livrés à nous-mêmes. Personnellement, c'était un peu plus dur. Un emploi à plein temps, trois blogs (Parisist, La Blogothèque, Pointblog), rédacteur dans un site sans tête, il était plus dur de se motiver, de savoir où aller, d'écrire et trouver des sujets.

Puis Gilles Klein a été nommé rédacteur en chef. Et malgré toute l'estime que j'ai pour lui personnellement, malgré l'admiration qu'il suscite pour son dévouement à ce site, malgré la qualité de son travail sur son propre site, ce n'était pas l'homme de la situation. Il ne cadrait pas, n'organisait pas, il se concentrait sur la rédaction de billets toujours plus nombreux. Sans doute n'avait-il pas le temps de faire autrement, et il était aussi lâché un peu seul dans ce bourbier. Ses billets, je ne les trouvais pas toujours pertinents, Pointblog perdait un peu son âme de repère pour s'appuyer sur un modèle d'agence, d'infos brutes, livrées vites, aux analyses rares. Je me sentais de moins en moins motivé. J'en avais parlé à Ginisty, dans de longs mails dans lesquels je lui réclamais de faire des réunions, de repenser le modèle et l'organisation de Pointblog, que je n'y trouvais pas ma place. Quand il me répondait, il se contentait de dire : "laisse le temps à Gilles".

Personnellement, j'appréciais Ginisty. Nous nous voyions de temps à autres dans des cafés chics de la porte d'Auteuil (car G. sait vivre), nous parlions de tout cela. Un jour, alors que nous parlions de la difficulté de maintenir Pointblog, du risque d'une telle entreprise, je lui demandai pourquoi il s'était lancé là-dedans. Il m'expliqua alors qu'il voyait Pointblog comme le moyen d'arriver à une autre fin, que son rêve était de monter un festival de la création sur Internet, "l'Angoulême des blogs et de l'internet", que pour faire cela, il lui fallait une assise, une légitimité, que Pointblog serait ce tremplin. Le festival, il l'a fait, vous en avez sans doute entendu parler. A Romans.

Pendant ce temps, la situation s'envenime. Alors que Klein se bat pour continuer à donner du contenu à Pointblog, mal aidé par un Chryde de plus en plus paumé, la crise éclate entre Fiévet et Ginisty. Cela fait presque un an que j'écris pour Pointblog (et Netizen), ça sent mauvais, et je n'ai toujours pas été payé. J'en avais touché un mot à Ginisty : promesses assorties de "tu comprends, les sous, difficultés...". J'écris de moins en moins. Il y a moins à écrire, déjà, tout simplement, qui vaille la peine de l'être sur Pointblog. Les Blogs ne sont déjà plus ce phénomène en perpétuel mouvement, captivant, internet bouge autour. Je m'essoufle, et ces escarmouches m'ont épuisé. La Blogothèque commence à bien marcher, me prend de plus en plus de temps. Quand Gilles nous annonce que nous ne serons plus payés au forfait, mais à 20€ la pige, je comprends tout à fait, j'accepte.

Je ne quitte pas Pointblog parce que je suis attaché à ce site, que je ne veux pas laisser Gilles seul contre tous. Le site retrouve un ton, Gilles s'y sent plus à l'aise, mais il n'y a plus que lui à écrire, et parfois moi, mais c'est plus pour lui et pour Pointblog que j'écris que par devoir ou intérêt pécuniaire. De toute façon, je n'ai toujours rien touché. Ah si ! Après moultes négociations, j'obtiens que Ginisty me paye en m'achetant un iMac de 1800€. Au nom de Pointblog ? Je n'en suis pas sûr. Mais quoi qu'il en soit, c'est bien loin de régler le solde...

Un jour, Ecrans, magazine éphémère de Libé (même s'il valait dix Netizen), fait mon portrait. Le journaliste, qui venait m'interroger sur les Concerts à emporter et la Blogothèque, axe tout son papier sur le fait que je me fais chier chez lci.fr. Mon red chef me tombe dessus, c'est la catastrophe, je suis convoqué chez le DRH, une fois, deux, je me fais passer un savon, on me menace de représailles si l'on se rend compte que je multiplie les collaborations extérieures... Bref, il faut que je calme le jeu, que je me recentre, et vu que je ne sacrifierai la Blogothèque pour rien au monde, vu que Pointblog peut vite être repéré, je décide de dire à Ginisty que je m'arrête. Il me le reproche, me dis qu'il a besoin de moi, que c'est vraiment pas cool de le quitter à ce moment là, j'ai beau lui expliquer la situation plus que délicate, il se montre surtout agacé. Et après, il me traîtera de fumiste. Allez savoir...

Depuis que j'ai quitté Pointblog, nos rapports se sont détériorés. J'ai réclamé mon dû, l'argent pour lequel j'ai accepté de faire ce travail. J'ai négocié, j'ai accepté de réduire la somme dûe à partir de la période à laquelle j'étais moins investi, mais rien n'y a fait. Un jour, Ginisty, dans une des passerelles de l'Apple Expo, me dit que le seul moyen qu'il ait de me payer est d'étalonner sur plusieurs mois, et de faire des frais (je n'ai pas la preuve de ça, je vous demande juste de me croire...). Je le fais une première fois, j'envoie les notes, aucune réponse...

Je lui envoie des mails, je n'ai quasiment jamais de réponse, en tout cas pas de réponse claire, pas une réponse qui m'expliquerait où nous en sommes. Je recroise Gilles qui m'explique qu'il a dû lui-même avancer l'argent qui a permis de payer les piges (ici, devrait apparaître une précision très louche, mais trop louche justement pour que je la publie sans vérification). Je discute avec Stephanie Booth, qui n'a pas elle non plus été payée de sa pige pour Netizen, et a réussi à obtenir quelques explications vagues, très vagues. Ginisty, quelle que soit la personne qui ait essayé de le joindre à cette époque, n'explique rien, ne donne pas d'information, lâche quelques vagues promesses et gages de bonne foi. Mais ce dont nous avions besoin, c'étaient des faits. Ou quelques gestes de bonne volonté. Rien, nous n'avions rien.

Plus les mois avancent, plus c'est difficile. Nous communiquons à peine avec Ginisty. J'essaie de me remotiver pour me battre, mais j'en ai marre. Un ami avocat de Gwenola me conseille d'attaquer. Même sans contrat, j'ai assez de preuves avec les mails, les billets publiés, pour que ça vaille le coup d'essayer. On se prépare, je rassemble les maigres éléments à ma disposition, on prépare une lettre, ça prend un peu de temps, je l'envoie, et je préviens sobrement Ginisty dans un mail. J'ai le malheur de laisser un commentaire acide et immature sur son site en même temps.

Seul hic, entre temps, il a décidé d'entrer en politique. Et ce qui n'était que désagréable et insultant tourne au n'importe quoi. Ginisty répond à mon mail en titrant "et ça n'a rien à voir avec la politique ????". S'ensuit une discussion vive mais brève à la fin de laquelle Ginisty me dit qu'il se bat pour récupérer 20.000 euros d'Astrolabe. C'est la première fois qu'il m'en parle en six mois...

Depuis, les rares fois où nous nous écrivons, cela ressemble à ça. Ça commence par un court mail de moi, ça réplique par un mail dédaigneux et paranoïaque de sa part, puis je m'énerve, mais je développe, mais il continue sur le mode "de toute façon, c'est tellement facile de me désigner comme le salopard", coupant court à toute conversation, refusant tout dialogue.

J'ai passé de très chouettes moments avec Ginisty, et je continue de penser que c'est un type amène, intéressant, qui fait bien son métier, tant qu'il se cantonne à son métier. J'ai aussi appris à le connaître. Ginisty aime être aimé, tremble à l'idée de ne pas l'être. Je me souviens encore de l'épisode du clash d'avec Fievet. A l'époque, je ne savais trop : je trouvais l'action de Cyril excessive, mais je ne pouvais lui donner entièrement tort. Christophe ne supportait pas cela, il ne comprenait pas que je ne me range pas derrière lui. Aujourd'hui, il ne sait comment gérer la crise Pointblog, sauf quand il arrive à faire parler le patron de RP, et qu'il lui suffit de gérer une crise de comm. Mais humainement, c'est une catastrophe : il s'est braqué, et n'arrive plus à avoir un rapport normal et sain à cette affaire. On peut le comprendre, c'est une sale affaire, et j'en connais d'autres qui auraient été plus traumatisés encore.

Laisse-moi finir en m'adressant directement à toi, Christophe. Non, tu n'es pas un salopard, tu n'es pas un rat, pas un arnaqueur. Rumeur Publique me semble une boîte bien gérée, avec de bons clients qui n'ont rien à redire sur ton travail, avec des collaborateurs fidèles... L'épisode Pointblog ne pourrait donc être représentatif de ta personne. L'échec de Pointblog tient à un modèle économique non adapté, à une aventure prématurée, et à une très mauvaise décision (Netizen). Seulement voilà, dans toute cette affaire, tu as eu un défaut, un énorme défaut, la lâcheté. Tu t'enfonçais et plus tu t'enfonçais moins tu bougeais, si ce n'est pour t'agiter frénétiquement. Tu n'as jamais rien expliqué à personne, tu n'as pas semblé chercher de solution. Si au moins tu étais venu en nous disant "je ne peux pas vous payer autant que prévu, mais j'ai une solution, une compensation", mais même pas. Aujourd'hui, tu fais comme si tout le monde était contre toi, comme si tu étais devenu une bête noire, un martyr, mais tu l'entretiens cela.

Tes mauvais choix. Tu n'as pas su gérer Pointblog. Tu n'as pas été aidé, avec entre autres un petit fumiste comme moi. Mais la vérité est là. C'est tout. Maintenant, oui, tu me dois encore 3600€.

Ah, une dernière chose, Christophe. Je ne crois pas te l'avoir dit. Ça va probablement te faire rire : mon père, il est général dans l'armée de terre. Un chic type, vraiment. Pas comme son petit con de fils, je te l'accorde.

Listed below are links to weblogs that reference Pointblog vu par le fumiste:

Commentaires

marrant ce que tu écris... il avait pris pour lui ma phrase (de mémoire) qui n'était pas pour lui : "Il dit : que tous ceux qui m'aiment me suivent, mais il a peur de se retourner pour constater sa solitude". Je vais finir par croire qu'il doit savoir. C'est le début de sa remise en cause ?

Rédigé par : mry | 30 nov 2007 15:29:34

Très intéressant comme billet.

En parallèle je viens de lire l'article du monde (http://www.lemonde.fr/web/article/0,1-0@2-823448,36-984450@51-982722,0.html), dont une citation de Jean-Louis Bourlanges au sujet de Bayrou, que l'on pourrait reprendre pour le compte de CG :


"Bayrou a beaucoup de talent, mais c'est une formule 1 qui court après une chimère. Il ne peut pas supporter que quelqu'un d'autre existe en dehors de lui et, du coup, s'enferme dans un comportement sectaire. Il n'y a que lui qui existe. Cela en devient presque puéril. Tous ceux qui l'ont quitté, après l'avoir beaucoup aimé, sont soulagés. C'est un calculateur, qui analyse très bien les ressorts des gens et de la société, mais égaré par son égotisme."

Rédigé par : XavZ | 2 déc 2007 08:38:09

Décidement , c'est fou tout ce qu'il pouvait se tramer derriere PointBlog , moi qui voyait ce site comme un blog tout con , qui aurait pu croire ?

Malgré tout , je pense quand meme que le model economique n'était pas viable , et que si Ginisty a de toute evidence menti , les sommes promises me semblaient faramineuses eut egard de ce que pouvait rapporter un site comme celui-ci .

Non ?

Le Petit Nicolas (mais en Plus Grand)
http://www.grandnicolas.com

Rédigé par : Le Petit Nicolas | 2 déc 2007 19:53:50

Bon, à mon tour de donner ma version des faits et, si possible, quelques explications à ceux que cela intéresse.

Sur le billet de Chryde
Autant que je puisse en juger, tout ce que dit Chryde est vrai. Un peu long (et verbeux peut-être ;-) mais vrai.

Sur Netizen
On peut débattre longuement sur l'intérêt ou le bien-fondé d'avoir tenter de sortir un magazine print consacré à Internet et à la prise de parole des individus. Pour ma part, je continue à penser que l'idée n'était pas mauvaise. Ceci dit, Netizen était très imparfait. Je le reconnais bien volontiers, ayant été son rédacteur en chef et ayant produit moi-même près de la moitié du contenu de chaque numéro. Il n'en demeure pas moins que ce magazine était une très bonne opération pour la société Pointblog. Pointblog était payée pour produire le contenu (par les Editions Astrolabe, éditeur du magazine) et percevait une commission sur les publicité vendues. Financièrement parlant, c'était donc une opportunité rare : au pire, c'était une opération blanche (Pointblog générait du chiffre d'affaire tout en pouvant développer d'excellentes synergies entre print et online), au mieux on dégageait une marge. En tout état de cause, à ma connaissance, la société Astrolabe a payé tout ce qu'elle devait à Pointblog et cette dernière aurait donc dû rémunérer tous les pigistes qui sont intervenus sur Netizen. Outre les pigistes, le grand perdant de l'aventure Netizen n'est certainement pas Pointblog, mais Astrolabe, qui a financé toute l'opération et y a perdu plusieurs dizaines de milliers d'euros.

Sur l'arrêt de Netizen
Astrolabe, rattaché à un puissant groupe industriel qui génère des centaines de millions d'euros de chiffre d'affaires annuel, était parfaitement disposé à poursuivre l'aventure, malgré le succès mitigé de Netizen. Tout éditeur de presse sait qu'il est impossible d'imposer un titre comme Netizen en quelques numéros. La seule et unique raison de l'arrêt de Netizen tient à un problème de personne. Le directeur Astrolabe était particulièrement insatisfait de Ginisty et le lui a fait savoir, d'une façon particulièrement sèche. Pour le dire autrement, Ginisty s'est fait vertement engueulé, au cours d'une réunion téléphonique à laquelle je participais. Il reprochait à Ginisty, entre autres choses :
. d'avoir organisé une soirée de lancement extrêmement couteuse (près du triple du budget initialement alloué) ;
. de ne pas mettre en place de partenariats susceptibles d'augmenter la diffusion du magazine ;
. de ne pas informer sur ses actions et, en termes de communication, de tirer systématiquement la couverture à lui, en se présentant comme le "fondateur de Netizen" dans les médias, en ne mentionnant que rarement Astrolabe, pourtant propriétaire, éditeur et financeur du magazine ;
. de ne pas vendre suffisamment de publicité (initialement, tout le monde souhaitait utiliser les services d'une régie publicitaire, mais Ginisty a insisté pour vendre les pubs lui-mêmes, répétant inlassablement que le magazine "serait bourré de pubs").
Dès le lendemain de cette réunion, Ginisty annonçait - sans m'en parler ou en avertir quiconque - qu'il arrêtait Netizen.
Astrolabe n'a jamais remis en cause la qualité de mon travail de rédacteur en chef et, du reste, je suis aujourd'hui rédacteur en chef d'une autre publication mensuelle éditée par Astrolabe.

Sur le modèle économique Pointblog
Pour répondre à "Petit Nicolas", il aurait fallu être fou pour penser faire vivre une entreprise employant (même à temps partiel) une demie douzaine de collaborateurs, avec un simple blog, fusse-t-il le plus fréquenté du Web francophone. L'idée n'a jamais été cela. Bien avant le lancement de Netizen, j'avais prévu le lancement de plusieurs services, qui devaient s'appuyer sur le blog pointblog.com. Outre du contenu "froid" devant s'ajouter au blog, il était prévu de lancer, comme l'a mentionné Chryde, un "club des blogueurs", un outil destiné à constituer un puissant outil marketing pour des marques commerciales, désireuses de faire tester aux blogueurs des produits en avant-première. Le développement de cet outil a été commandé à Olivier (webmaster du site pointblog.com), qui a travaillé plusieurs semaines dessus sans être payé. Il était également prévu de lancer un "Technorati français". Cet outil était quasiment finalisé. Il avait été développé pendant des mois par Marc-Olivier Peyer, qui disposait déjà d'un outil similaire, moins ambitieux, Blogolist. Marc-Olivier, à qui Ginisty avait promis en emploi, n'a jamais été rémunéré pour son travail et a donc, comme je l'y enjoignais, refusé de livré le produit finalisé.
Tous ces outils étaient très intéressants. Un club des blogueurs, un outil sophistiqué permettant de suivre les tendances de la blogosphère, le tout s'appuyant sur le blog francophone de référence et sur le seul magazine au monde consacré à la révolution du contenu citoyen... il y avait là, je crois, de quoi faire une très belle entreprise. Ce modèle a d'ailleurs été présenté à plusieurs partenaires potentiels, par Ginisty et moi (notamment à Philippe Jeannet, directeur des éditions électroniques des Echos, très enthousiaste). Rien de tout cela n'a vu le jour, uniquement parce que Ginisty n'a tenu aucun de ses engagements auprès des différents intervenants et collaborateurs. Astrolabe a du reste servi de bouc-émissaire à Ginisty pour justifier l'arrêt des paiements. Comme je l'ai dit, Netizen - auto-financé - était totalement indépendant du reste et ce n'était qu'un prétexte.

Sur les motivations de Ginisty
En lisant tout cela, on peut se demander qu'elles étaient les motivations initiales de Ginisty. Je me suis longuement posé cette question et je crois avoir fini par comprendre : Ginisty n'a jamais voulu créer une entreprise en "reprenant Pointblog".
Certes, il a créé une SARL mais, après m'avoir affirmé qu'il financerait l'entreprise de sa poche, il a cessé de le faire quelques mois plus tard. Comme je l'ai dit ci-dessus, Ginisty a torpillé tous les projets qui auraient pu s'avérer rentables. Il a également tout fait pour empêcher d'accroître les revenus publicitaires du site pointblog.com. J'ai dû me battre pendant des mois pour le convaincre - ce qui me paraissait un minimum - de placer des Google Ads sur le site. Au bout de plusieurs mois, il s'est aussi avéré que la régie publicitaire Influence, qui tentait de vendre des pubs sur pointblog.com, n'apportait pas satisfaction. Ginisty voulait en changer et moi aussi. Mais le contrat qui nous liait à Influence, signé par Ginisty, n'a jamais été rompu. Ginisty m'a pourtant assuré qu'il le ferait et m'a même demandé de lui rédiger un billet sur pointlobg.com annonçant notre rupture avec Influence. J'ai rédigé ce billet, mais Ginisty ne l'a jamais publié.
J'ai également insisté longtemps pour faire entrer dans l'entreprise des investisseurs externes, nous donnant les moyens de nos ambitions et évitant à Ginisty de tout financer de sa poche. Ginisty, après des mois de discussions, a fini par être d'accord. Au cours d'une réunion, nous avons informé toute l'équipe de notre intention de chercher des investisseurs. Ginisty devait se charger de rédiger un business plan. Je l'attend toujours.
Alors pourquoi ? Dès nos premiers rendez-vous, Ginisty me répétait avec force "tu vas voir, on va gagner beaucoup d'argent avec Pointblog". A Chryde, il semble avoir dit que Pointblog était un prétexte pour monter un festival... Aujourd'hui, je crois que ni l'argent ni le festival n'était la motivation réelle de Ginisty.
Comme le dit bien Chryde, Ginisty est un "homme de communication". En fait, il n'est *que* ça. Quand on analyse à froid tout ce qui s'est passé, on comprend que Pointblog n'était qu'une simple opération de communication. Qui était Ginisty avant Pointblog ? Un obscur attaché de presse, auteur d'un blog insignifiant. Avec Pointblog, Ginisty a pu s'afficher à longueur de temps dans les médias de France et de Navarre, et ne ratait jamais une occasion de le faire. Il s'est fait un nom et a su s'imposer comme l'un des "barons" de la blogosphère francophone. Pour moins cher que le prix de quelques pages de pub dans un magazine, Ginisty s'est octroyé une place de tout premier plan sur l'Internet francophone, et il l'utilise aujourd'hui pour mener à bien une carrière politique.
Ginisty n'a rien fait pour développer l'entreprise Pointblog, et a même fait tout le contraire, en prenant successivement les décisions "idéales" pour dégoûter tous les collaborateurs de l'entreprise, puis pour la couler. En refusant de signer le moindre contrat de travail, en n'honorant aucune de ses promesses, en exploitant de façon optimale les bonnes volontés, il a très bien minimisé les coûts. Beaucoup de gens n'ayant suivi tout cela que de loin, il était en outre facile de dire qu'il n'y était pour rien, qu'il était difficile de rentabiliser un blog et que finalement, malgré ses efforts de "chef d'entreprise", il avait perdu de l'argent.
En réalité, il a parfaitement atteint son objectif : développer la marque "Ginisty", à moindre coût. De ce point de vue, Pointblog n'est nullement un échec : c'est une réussite exemplaire, pour Ginisty - et uniquement pour lui.

Sur Ginisty
Soyons clair, je ne suis pas quelqu'un de rancunier et je n'ai pas de haine en moi. Dans cette aventure, j'ai été très con et je me suis fait roulé comme un bleu (comme quoi, on apprend à tout âge). Mais il faut savoir nommer les choses.
Comme le souligne Chryde, Ginisty est intelligent, dynamique, drôle, bon vivant. Je suis parfaitement d'accord, et j'ai moi aussi eu plaisir à "fréquenter" Ginisty. Mais c'est aussi quelqu'un de très calculateur. Il sait parfaitement exploiter les gens de bonne volonté. Comme tout bon communiquant, il peut tout dire et son contraire, et les promesses ne lui font pas peur. De toutes les personnes que j'ai rencontré dans ma vie, c'est aussi la plus égotique que j'aie vu. Ginisty est amoureux de lui-même. Il ne pense ou n'agit que pour lui-même. Et il est parfaitement incapable de la moindre auto-critique. Son billet "explicatif" est un modèle du genre. On y lit que Chryde est un fumiste, que les responsables d'Astrolabe sont des arnaqueurs, que Omer était un webmaster incompétent et que j'étais pour ma part un mauvais journaliste. Ginisty, lui, est parfait, sans reproche, blanc comme un agneau. Peu importe si une bonne dizaines de personnes se plaignent publiquement du fait qu'ils n'ont pas été payées ou qu'on leur a menti. Ginisty n'a rien fait de mal. Il est juste un homme parfait évoluant dans un monde de pourris qui ne reconnaît pas sa valeur.
Si je dis tout ça, ce n'est pas pour porter des attaques stériles (croyez-moi, j'ai tourné la page Pointblog, et depuis longtemps), mais bien pour informer. Ou pour mettre en garde. Si vous avez un jour affaire à Ginisty ou, pire, si vous envisagez de lui confier un mandat électoral, n'oubliez jamais que quoi qu'il dise, quoi qu'il fasse, il n'a qu'un objectif en vu : lui-même.

Rédigé par : Cyril Fievet | 3 déc 2007 09:24:13

Par le petit bout de ma lorgnette je m’étais fait, début 2005, une opinion sur le personnage concordante avec celle de Cyril, que ce soit à la lecture des premiers billets de Christophe, comme à son attitude dans les réunions de blogueurs (novices) que je fréquentais alors. J’avais même pensé naïvement mais malicieusement, qu’il montait toute l’affaire pointblog par pures jalousie et envie devant le succès et le charisme de Loïc (2LM) ;)

PS – Je me suis bien amusée à lancer un petit scud (c’est comme ça qu’on dit, hein ?) en commentant la première sur un billet récent de Ginisty.
http://www.ginisty.com/weblog/2007/11/je-suis-donc-al.html
Contente du résultat, et de l’avoir même énervé ! Je sais bien que ça glisse comme l’eau sur les plumes d’un conard, mais je m’imaginais un peu rendre justice aux victimes de ce gâchis, peut-être pas planétaire certes, mais terriblement blessant comme cela se ressent dans les témoignages (hormis le sien of course).

Rédigé par : tilly | 3 déc 2007 18:14:06

""Comme le souligne Chryde, Ginisty est intelligent, dynamique, drôle, bon vivant. Je suis parfaitement d'accord, et j'ai moi aussi eu plaisir à "fréquenter" Ginisty. Mais c'est aussi quelqu'un de très calculateur. Il sait parfaitement exploiter les gens de bonne volonté. Comme tout bon communiquant, il peut tout dire et son contraire, et les promesses ne lui font pas peur. De toutes les personnes que j'ai rencontré dans ma vie, c'est aussi la plus égotique que j'aie vu. Ginisty est amoureux de lui-même. Il ne pense ou n'agit que pour lui-même. Et il est parfaitement incapable de la moindre auto-critique. Son billet "explicatif" est un modèle du genre. On y lit que Chryde est un fumiste, que les responsables d'Astrolabe sont des arnaqueurs, que Omer était un webmaster incompétent et que j'étais pour ma part un mauvais journaliste. Ginisty, lui, est parfait, sans reproche, blanc comme un agneau. Peu importe si une bonne dizaines de personnes se plaignent publiquement du fait qu'ils n'ont pas été payées ou qu'on leur a menti. Ginisty n'a rien fait de mal. Il est juste un homme parfait évoluant dans un monde de pourris qui ne reconnaît pas sa valeur.
Si je dis tout ça, ce n'est pas pour porter des attaques stériles (croyez-moi, j'ai tourné la page Pointblog, et depuis longtemps), mais bien pour informer. Ou pour mettre en garde. Si vous avez un jour affaire à Ginisty ou, pire, si vous envisagez de lui confier un mandat électoral, n'oubliez jamais que quoi qu'il dise, quoi qu'il fasse, il n'a qu'un objectif en vu : lui-même.""

>> On croirait lire Cavada ou un membre du parti du nouveau centre à propos de François Bayrou ! Et quand on va sur le blog de Ginisty, on voit qu'il est partisan du Modem. Drôle de coïncidence ^^

Rédigé par : Ironheart | 4 déc 2007 10:59:34

Cyril... ce que tu racontes est édifiant. Avec le billet de Chryde, c'est énorme. Je comprends tellement mieux le personnage. Je croyais que ce n'était qu'une faiblesse humaine chez lui, mais cela semble un dogme de vie cette façon d'être.

Rédigé par : mry | 4 déc 2007 11:59:04

monde de...
et celui qui disait "entamer" des conversations avec les Blooooggggs...
nous n'avons pas bougé d'un centimètre sur l'échelle de l'Humanité, n'est-ce pas Mry ? comme disait Mozart...
etc, bis repetita.

le web3.0 en 2020 sera mieux, non ?

Rédigé par : entropik | 4 déc 2007 16:53:42

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.