15 octobre 2007

BienBienBien, c'est Bien


chryde2 | lien permanent | commentaires (1)


Ecoutez le nouvel album des Shout out ouds


Musique | lien permanent | commentaires (0)


07 mai 2007

Jeune entrepreneur cherche nouveau boulot. Disponible illico et très motivé.


What the... ? | lien permanent | commentaires (0)


22 avril 2007

Les docteurs fument des Camels !


Kitsch | lien permanent | commentaires (0)


Onze façons d'améliorer les performances de votre mac.


Mac | lien permanent | commentaires (0)


La plus belle, la plus drôle, la plus fine des consignes de vote a été donnée par The Lazy Sunbather. Ecoutez bien les paroles...


Actualité | lien permanent | commentaires (0)


Mesurer la pollution des autombiles avec un gros ballon gonflable. Une belle idée de WWF.


Actualité | lien permanent | commentaires (0)


02 avril 2007

Ces photos qu'on aurait aimé prendre, on peut aussi les raconter :  Unphotographable


| lien permanent | commentaires (0)


15 mars 2007

Tremble Digg, tremble Le Monde,  MySpace News arrive. Et ce n'est même pas une blague.


| lien permanent | commentaires (1)


14 mars 2007

David Sylvian est non seulement un excellent musicien, c'est aussi un bon photographe


Photo | lien permanent | commentaires (0)


Plein de documentaires gratuits (et "la plupart" dans le domaine public", qu'ils disent)


Vidéo | lien permanent | commentaires (1)


Au milieu d'un océan de flou,  Google Maps a repéré une caravane dans le désert.


Photo | lien permanent | commentaires (2)


05 mars 2007

La plus belle interface web du moment est sur [Self Titled].


Web/Tech | lien permanent | commentaires (0)


Allez, comme à TechCrunch 25 startups to watch, selon CNNMoney


Web/Tech | lien permanent | commentaires (0)


Ces Américains qui aiment leurs flingues.


Photo | lien permanent | commentaires (0)


Cartoon Brew, un blog sur le dessin animé, la BD, très bien documenté


Blog | lien permanent | commentaires (0)


Plein de documentaires libres d'accès sur Google Video.


Vidéo | lien permanent | commentaires (0)


Les petits bonhommes des passages piétons s'animent. Dommage que ce soit une pub.


Vidéo | lien permanent | commentaires (0)


Des photos, en macro, d'insectes écrasés contre des pare-brises.


Photo | lien permanent | commentaires (0)


Un agrégateur d'articles et de conseils sur le design et la gestion de weblogs : Weblog Tutorials.


Weblogs | lien permanent | commentaires (0)


26 février 2007

Toi aussi joue à Lost : Fais toi même tes étiquettes Dharma Initiative


Fun | lien permanent | commentaires (1)


De chics hôtesses de l'air d'une autre époque


Cute | lien permanent | commentaires (0)


12 février 2007

Quand un bon journaliste se sert à merveille de la liberté de ton du blog... Quand Sarkozy fait son marché


A lire | lien permanent | commentaires (1)


Tout le monde l'aime, c'est normal, c'est une idée géniale : The Folding Chair.


Vidéo | lien permanent | commentaires (1)


Les lieux mythiques de Twin Peaks photographiés en réel : In Twin Peaks, WA.


Weblogs | lien permanent | commentaires (0)


www.flickr.com
This is a Flickr badge showing public photos from chryde. Make your own badge here.














« juillet 2004 | Accueil | septembre 2004 »

30 août 2004

Ailleurs pour un temps

Désolé, pas beaucoup de nouveau par ici. Beaucoup de travail au vrai travail (ça arrive). Et puis aujourd'hui, j'écrivais un article sur les manifs de New York, que j'ai préféré mettre en ligne sur Journaliste sur toile, et je travaille sur un autre truc. Mais je vous ai mis des liens à droite et j'ai aussi écris sur AEIOU (ici et ), pour que ne vous vous ennuyiez point.

PS : On cherche des volontaires pour la Blogothèque. Activement. Ecrivez moi.

27 août 2004

Et un nouveau blog Chryde, un...

C'est un projet perso. Il n'est pas complètement bouclé : il me faut finir les pages de liens. Mais voilà, je lance aujourd'hui Journaliste sur toile.

J'ai manqué, l'an dernier, d'un outil qui me permette de proposer à mes élèves en journalisme web les liens qui leur seront utiles, les articles qui leur permettront de réfléchir aux sujets que j'aurai évoqué avec eux, bref d'un outil de veille sur le journalisme sur Internet, avec Internet, malgré Internet (oups...)

Sur ce site, je pointerai vers les articles qui me sembleront pertinent sur le sujet, je recenserai les ressources et les sites pratiques, je participerai aux débats sur le journalisme, la blogosphère (car les blogs ont leur place dans ces débats, oui oui), les médias, tout ça... Pour mes élèves, pour moi, et pour tous ceux qui voudront... J'accepterai volontiers les contributions, j'encourage d'ailleurs les commentaires et suggestions, les idées de liens, pour que mes petit gars aient les meilleures armes et les meilleurs tuteurs qui soient.

J'ai commencé par un billet sur le plagiat de Foutraque par une journaliste du Monde. Ça tombait assez bien.

Merci d'avance pour eux. Et bon week-end.

26 août 2004

Lapinos - le dernier des...

Un bon outil de veille ne vaut pas tant par l'exhaustivité des infos qu'il nous propose que par la qualité de son filtrage. Cette phrase pour louer, une fois encore, le travail de Tehu sur Canclaux : grâce à lui, j'ai pris un plaisir immense à lire, ce matin, les billet de Lapinos, le dernier des..., prose vivante, savante et lubrique, écriture envolée et féroce sans avoir l'air d'y toucher. Un pur bonheur, je le glisse illico dans mes "eternal favorites". En une heure, éternel, ouah.

Feu d’artifice d’épaules dénudées, de minijupes transparentes, de décolletés pigeonnants, de nombrils brillants. Les filles tirent leurs dernières cartouches, on sent que l’hiver approche. Et les orages qui éclatent les uns après les autres réduisent la fenêtre de tir. Du coup, l’air est irrespirable, saturé de phéromones. (...) Elle porte une robe-blouse courte et kaki, assez pratique, et pas grand chose en-dessous je présume. Aux pieds, des mules ajourées, et, entre la robe et les mules, deux jolies jambes très bien dessinées, par un peintre italien on dirait, avec des genous un peu pointus comme je les aime.

J'aime les gens qui aiment les détails.

PS : Vu que monsieur Lapinos furète, reluque et drague à la Sorbonne et à la Fnac Montparnasse, une petite Barbie vintage me semblait idoine. Ça m'a permis de découvrir KatsDolls, bon site de collection de vieilles poupées très très chics.

25 août 2004

Jouons à nous faire peur

Sur un forum consacré au jeu vidéo Gran Theft Auto, un membre explique qu'il a trouvé dans les bois près de chez lui un appareil photo numérique, chargé de plusieurs dizaines de photos. De plutôt bonne qualité, elles montrent des bois lugubres sous un brouillard épais. Plus on avance, plus elles semblent prises dans l'urgence.

Quelques commentaires vantent la chance de celui qui a trouvé l'appareil, louent la qualité des photo. Puis ça se déchaîne. Un premier membre s'étonne d'une forme humaine dans l'ombre d'un cliché. Puis un autre remarque un chat étrange se reposant sur une branche, un corps nu de dos dans un miroir dans le coin d'une photo, une silhouette contre une muraille... Les gars fouillent les images, augmentent le contrastent, pointent les bizarreries.

Au final, le forum fait 38 pages. 38 pages de folie pure. Ça pourrait être un plan marketing viral bien fait, un délire de potes, un "Blair Witch" internet comme le décrit Waxy. Mais au final, le plus flippant reste sans doute l'enthousiasme avec lequel les membres du forum se prennent au jeu, expliquent que ça leur fout les jetons, que c'est un "endroit creepy où ils n'aimeraient pas se retrouver"... Trop de jeux, perte de tout sens de la réalité ?

23 août 2004

La guerre des verrous musicaux : 2 -Le sermon

Le rappel des faits est là

Si vous avez raté le début : Apple est pas très cool et verrouille ses fichiers musicaux. Real gueule contre Apple, joue les Robins des Bois et en profite pour se faire une virginité. Mais ça foire.

Real défenseur du consommateur, de la liberté, de toutes les bonnes choses vraies ? Real, cette compagnie qui en 1999 enregistrait ce qu'écoutaient ses utilisateurs dans une grosse base de données sans les prévenir ? Real, la boîte qui cache son lecteur gratuit derrière vingt pages, et ne l'offre que par une vignette riquiqui noyée sous les pubs pour son offre payante ? Real, la société dont le lecteur ouvre des popups, installe quarante six raccourcis partout sur votre ordi, vous inscrit à 22 newsletters commerciales et décide de jouer par défaut tous vos fichiers audios et vidéos à moins que vous ne décochiez trois pages d'options ?

Ça sonne moyen, effectivement. Mais l'argument ne tient pas : Apple n'est pas plus sympa, même s'il en a l'air.

Cette guerre des verrous, c'est surtout l'échec de la stratégie de la sympathie dans le marketing d'aujourd'hui. Ce qu'a fait Real aux verrous de l'iPod n'est pas une mauvaise chose, ce pourrait même être le premier pas vers une réflexion sur l'absurdité des DRM, ces procédés de protection qui enferment l'utilisateur dans une solution, une seule. Mais son erreur a été de vouloir jouer les Bons Samaritains, de s'instituer "libérateur de la musique", copain du pauvre utilisateur, chantre de la liberté de choisir. C'est un peu comme le nouveau copain de votre mère qui vous méprise mais vous fait un clin d'oeil et vous propose de jouer au foot pour qu'elle arrête de le sermonner sur votre sujet.

La meilleure preuve de l'échec de cette stratégie ? Apple. Dans le vaste monde des nouvelles technologies, aucune compagnie ne bénéficie d'une telle côte de popularité, d'une image "cool", bienveillante, si bien que même lorsqu'ils font de grosses erreurs stratégiques ou se montre aussi bornés que Microsoft, leurs utilisateurs les pardonnent. Même quand ils jouent les salauds, ceux qui ont choisi de les aimer les aiment. Et que font-ils pour cela, à part de sortir les gadgets et ordinateurs les plus élégants et les mieux conçus (je parle matériellement, ne venez pas me faire chier avec un débat Mac/PC) ? Rien. Absolument rien. Même le contraire.

Ils ont des fans prêts à vendre leur mère pour savoir à quoi ressemblera le nouvel iMac, mais ils les narguent. Ils ne mettent pas en avant les sites qui leur sont dédiés, ne les aident jamais, réduisent la communication à minima, et on les adore encore. Le pauvre Real, qui veut jouer le mec sensible, se prend un rateau.

Bref, les consommateurs seraient-ils comme les filles dans nos souvenirs d'ados, à aimer le méchant et ignorer le gars sympa ? Non : ils savent juste que quand elles nous tendent la main, ce n'est pas pour notre bien. Même si elles lancent un weblog pour nous le jurer.

PS : Ben voilà que Wired fait un chouette article sur le sujet. Citation de l'Electronic Frontier Foundation : "L'idée selon laquelle Real se battrait pour les droits des consommateurs est ridicule". Point barre.

20 août 2004

La guerre des verrous musicaux : rappel des faits

Commençons par un rapide résumé de "l'affaire" : Apple sort l'iPod, tout le monde aime l'iPod. Apple lance ensuite l'iTunes Music Store (iTMS), un magasin en ligne pour acheter des morceaux de musique au téléchargement, et tout le monde s'accorde pour dire qu'il s'agit du meilleur service existant. Pour la Pomme, la boucle est bouclée. Les gens qui ont un iPod achèteront la musique sur l'iTMS, le magasin "qui va avec". Les gens qui veulent acheter de la musique sur l'iTMS feront l'acquisition d'un iPod pour pouvoir l'écouter dans le métro.

ACTE I

Jobs a des airs de Gourou Impec. Mais on ne sait jamais, les gens pourraient vouloir sortir de la boucle. Alors Apple verrouille : les morceaux de l'iTMS ne pourront être joués que sur un iPod et aucun morceau acheté dans un autre magasin ne sera compatible avec le joujou. Au départ, c'est le "bon karma" d'Apple qui veille, personne ne trouve rien à redire. Jusqu'à ce que Real ouvre sa gueule.

Rob Glaser, le patron de Real, envoie donc un mail à Steve Jobs, le patron d'Apple : il trouverait ça bien, il trouverait même ça "bon" (pour le consommateur, donc l'humanité) que les morceaux qu'on peut acheter sur son magasin, Rhapsody, puissent être joués sur l'iPod. Steve Jobs, qui déteste qu'on prétende mieux savoir que lui ce qui est "bon", l'envoie balader. Glaser se fait oublier, mais fourbit ses armes.

ACTE II

Un beau jour, Real annonce donc qu'il lance Harmony, un logiciel qui rend compatible avec l'iPod les morceaux achetés sur Rhapsody (vous suivez ?). Steve Jobs, juste avant son cancer, voit rouge, et accuse Real d'utiliser des méthodes de pirates : "je vais te poursuivre devant la justice et neutraliser ton méchant logiciel", voilà sa réponse à l'attaque.

ACTE III

Mais Glaser a vu Bono en vrai Rob Glaser n'en démord pas, et décide donc d'être plus agressif encore. La semaine dernière, Real ouvre un blog. Il s'appelle "Freedom of Music Choice", son logo est un iPod au verrou ouvert, et son principe bête comme un fan d'Archos : recenser tous les endroits où on peut lire qu'Apple a tort, se plante, va droit dans le mur, est un dictateur, etc... En même temps, il lance une pétition pour réclamer l'ouverture du petit bijou d'Apple.

Bien évidemment, ça foire. Le weblog est noyé sous les commentaires de fans d'Apple, de même que la pétition qui devient un recueil d'insultes. Une pétition concurrente est lancée, qui réunit deux fois plus de signatures.

Demain, la suite de cette palpitante chronique

16 août 2004

La musique emmerde le marketing

Il faudra du temps, il faudra sans doute des lustres, peut-être des générations, pour que les chefs marketing des grandes maisons de disques réussissent à enjamber le gouffre qui les sépare du commun des mortels. A chaque fois qu'apparaît un signe qui pourrait laisser penser qu'ils ont enfin compris quelque chose aux nouveaux modes d'appropriation de la musique, ils trébuchent grossièrement avant même la fin de leur nouvelle enjambée.

Le gadin de la semaine est l'oeuvre de Warner. L'histoire commence il y a quelque mois maintenant, avec l'apparition de mp3 blogs de plus en plus nombreux. Des passionnés qui, à l'heure des batailles technologiques, opèrent une petite révolution par le bas, pronant la solution la plus simple qui soit pour propager la belle musique. Chaque jour, ils postent un mp3, souvent une rareté, une exclusivité, un petit joyau oublié. Ils les accompagnent de billets précis, érudits, passionnés. Ils font le tout avec respect, à la fois pour les auteurs et pour leurs lecteurs : chaque mp3 est mis en ligne pour quelques jours, pas plus. Il est retiré si l'auteur ou les ayants droits le réclame...

C'est une mine. J'y passe désormais une heure par jour, à écouter de vieilles pépites soul sur Soul Sides et Number One songs in Heaven, à piocher parmi les raretés et les bizarreries du toufu Tofu Hut, à écouter les merveilles indé proposées par Said the Gramophone, à me saoûler joyeusement sous la profusion offerte quotidiennement par Music (for robots), Fluxblog, Moistworks.

Ils se sont multipliés, ils font parler d'eux, le site The Morning News les a réunis autour d'une passionnante table ronde. Et peu à peu, on savait que les maisons de disques se pencheraient sur leur cas. Pour les menacer ou les soudoyer, cela demeurait la seule inconnue.

Warner a choisi la deuxième option. L'un des dirigeants de la major a envoyé le même mail à plusieurs de ces mp3 blogs. En pièce jointe, un mp3 de Secret Machines, groupe de rock indé qui fait office, chez Warner, de cobaye de la musique en ligne : leur album a été mis en vente sur l'iTune Music Store quatre mois avant de sortir en CD. Le mail invitait les blogueurs à poster ce morceau.

Seul Music (for robots) a accepté, en prenant soin d'intituler leur billet "Music (for robots) se vend" et de détailler l'affaire, "juste histoire de vous éviter de flipper". "Nous ne savions s'il s'agissait d'un clin d'oeil nous disant 'Ce que vous faites ne nous pose pas de problème'" a expliqué l'un des membres du blog au New York Times.

Jusqu'ici, tout va plutôt bien. Mais voilà que parmi les commentaires du billet, pour la plupart consacrés au geste de Warner plutôt qu'au morceau, quatre interventions font tâche : "Ouah, super groupe !", "Je suis allé sur leur site, et on peut écouter plein d'autres morceaux, très cool !"...

Quatre commentaires, quatre pseudos différents, une seule adresse IP. Les gars du Marketing n'ont pas su la fermer à temps. Résultat : les mp3 blogs vont rester frondeurs et indépendants, les majors rongeront leur frein. Dommage pour elles.

14 août 2004

I, sponsor

Will Smith se lève. Il s'asseoit sur le bord de son lit, dans un appartement un rien miteux. Il prend une télécommande, la pointe vers la caméra. Changement de plan : un zoom lent vers une chaîne hi-fi, une JVC. C'est clairement indiqué, la marque est en blanc, au beau milieu de la chaîne. Après une douche qui donne une bonne occasion de mettre en valeur la plastique de WS, on le voit prendre une boîte de chaussures. Des Converse : WS retourne la boîte dans tous les sens, lentement, le logo danse devant la caméra de bénéficier de son gros plan, losque WS lace ses baskets (des vintage, de 2004, malin). Il sort de son appartement. Un robot l'y attend, un robot coursier, le logo de Fed ex imprimé sur le torse (?). WS le bouscule, monte dans sa voiture : lorsqu'elle démarre, un gros plan sur les cercles croisés d'Audi.

En quarante-cinq secondes, trois marques, mises en valeur sans aucune dissimulation, sans même un effort de finesse. Oh, rien de bien nouveau : il y avait eu Gap et Guinness dans Minority Report, Seul au monde qui ressemblait à un documentaire à la gloire de Fed ex (encore). Mais jamais je n'avais fait face à une telle grossièreté, celle d'une séquence à valeur nulle dans l'intrigue, prolongement du générique et dernière pseudo-dissimulation de l'importance des marques dans le financement des films. Un article le dit très bien dans le Libé de ce week-end :

"Pour le spectateur, difficile de zapper le nom de la marque. Plongé dans une salle obscure, captivé par l'intrigue, il ignore qu'il est la cible d'un message publicitaire détourné, qui se distinguera des slogans et des affiches qui l'assaillent via les médias traditionnels" (merci Douze Lunes)


Pendant le générique du film, on voyait une ombre s'avancer timidement, cacher l'écran les épaules courbées et se baisser : I, Robot était le premier film dont je regardais une copie filmée dans la salle. Je n'ai pas eu l'impression de voler qui que ce soit. J'avais des Converse au pied. Des vintage, des années 80.

PS: Il y a bien pire. Aux JO d'Athènes, les spectateurs n'ont pas le droit de prendre avec eux de bouteille d'eau ou de casse-croute, afin que Coca et MacDo puissent vendre leurs produits. Un article édifiant du Monde, lu grâce à Politique et LL.

13 août 2004
03 août 2004

Ecosystème

Au final, c'est peut-être l'été, quand tout se ralentit, quand nos flux mêmes semblent passés en mode sieste, que nous prenons conscience d'être partie d'un tout.

Avec nos blogs, nous donnons forme à quelque chose qui nous dépasse, nous faisons pousser un écosystème qui peu à peu règle nos rythmes, dirige nos textes, tisse de petites ficelles qui donnent leur cohérence à nos écrits, leur font se répondre, s'influencer, se dépasser. Notre animalité se révèle même face au clavier. Parler de "blogosphère" serait-il alors faire trop d'honneur à nos instincts virtuels ?

Les nouveaux billets se font plus rares et nous nous dirigeons naturellement, en cette période sèche, vers les points où règne, dit-on, encore, la profusion. Nous déréglons nos habitudes, nous nous hasardons à fureter ailleurs. Nous traînons le soir au Bandy, weblog nostalgique qui narre les histoires désuètes des habitués d'un vieux bar à cocktails. Belle découverte.

Les autres postent moins, et on s'adapte naturellement, presque instinctivement, en baissant à notre tour le rythme. Il y a donc un été des weblogs, et il dérègle nos sites par petites touches, comme l'autre pique doucement nos vies. On écrit moins. Parce qu'il fait beau ? Parce qu'il y a moins à lire, donc moins de matière à travailler ? Parce qu'on sait qu'il y a moins de passage, faisons-nous comme ces cafés adorés qui nous font l'affront de fermer au mois d'août sous prétexte qu'il n'y a pas assez de clients, nous laissant , pauvres parisiens restés pour le mois le plus solitaire et délicieux, sans leurs belles terrasses sur lesquelles on aurait aimé se prélasser ?

Va savoir. L'écosystème s'autonourrit, s'adapte à merveille, même à la disette. Quand il a besoin d'écrits, il vous fait écrire sur leur absence, à remplir le vide en décrivant ce vide.

PS : La première photo est de William Eggleston, photographe qui a donné ses lettres de noblesse à la couleur avant qu'elle ne soit reconnue. La secopnde de Christian Patterson, un disciple d'Eggleston. Mais Coincidences en parle tellement mieux.