15 octobre 2007

BienBienBien, c'est Bien


chryde2 | lien permanent | commentaires (1)


Ecoutez le nouvel album des Shout out ouds


Musique | lien permanent | commentaires (0)


07 mai 2007

Jeune entrepreneur cherche nouveau boulot. Disponible illico et très motivé.


What the... ? | lien permanent | commentaires (0)


22 avril 2007

Les docteurs fument des Camels !


Kitsch | lien permanent | commentaires (0)


Onze façons d'améliorer les performances de votre mac.


Mac | lien permanent | commentaires (0)


La plus belle, la plus drôle, la plus fine des consignes de vote a été donnée par The Lazy Sunbather. Ecoutez bien les paroles...


Actualité | lien permanent | commentaires (0)


Mesurer la pollution des autombiles avec un gros ballon gonflable. Une belle idée de WWF.


Actualité | lien permanent | commentaires (0)


02 avril 2007

Ces photos qu'on aurait aimé prendre, on peut aussi les raconter :  Unphotographable


| lien permanent | commentaires (0)


15 mars 2007

Tremble Digg, tremble Le Monde,  MySpace News arrive. Et ce n'est même pas une blague.


| lien permanent | commentaires (1)


14 mars 2007

David Sylvian est non seulement un excellent musicien, c'est aussi un bon photographe


Photo | lien permanent | commentaires (0)


Plein de documentaires gratuits (et "la plupart" dans le domaine public", qu'ils disent)


Vidéo | lien permanent | commentaires (1)


Au milieu d'un océan de flou,  Google Maps a repéré une caravane dans le désert.


Photo | lien permanent | commentaires (2)


05 mars 2007

La plus belle interface web du moment est sur [Self Titled].


Web/Tech | lien permanent | commentaires (0)


Allez, comme à TechCrunch 25 startups to watch, selon CNNMoney


Web/Tech | lien permanent | commentaires (0)


Ces Américains qui aiment leurs flingues.


Photo | lien permanent | commentaires (0)


Cartoon Brew, un blog sur le dessin animé, la BD, très bien documenté


Blog | lien permanent | commentaires (0)


Plein de documentaires libres d'accès sur Google Video.


Vidéo | lien permanent | commentaires (0)


Les petits bonhommes des passages piétons s'animent. Dommage que ce soit une pub.


Vidéo | lien permanent | commentaires (0)


Des photos, en macro, d'insectes écrasés contre des pare-brises.


Photo | lien permanent | commentaires (0)


Un agrégateur d'articles et de conseils sur le design et la gestion de weblogs : Weblog Tutorials.


Weblogs | lien permanent | commentaires (0)


26 février 2007

Toi aussi joue à Lost : Fais toi même tes étiquettes Dharma Initiative


Fun | lien permanent | commentaires (1)


De chics hôtesses de l'air d'une autre époque


Cute | lien permanent | commentaires (0)


12 février 2007

Quand un bon journaliste se sert à merveille de la liberté de ton du blog... Quand Sarkozy fait son marché


A lire | lien permanent | commentaires (1)


Tout le monde l'aime, c'est normal, c'est une idée géniale : The Folding Chair.


Vidéo | lien permanent | commentaires (1)


Les lieux mythiques de Twin Peaks photographiés en réel : In Twin Peaks, WA.


Weblogs | lien permanent | commentaires (0)


www.flickr.com
This is a Flickr badge showing public photos from chryde. Make your own badge here.














« septembre 2002 | Accueil | novembre 2002 »

31 octobre 2002

Mercredixxxx

J'ai craqué, je succombe, je me lance : me voilà pour la première semaine répondant aux fines questions mercredicales du Dr Tomorrow.


1/ Avez-vous un phantasme de puissance physique ? Si oui, décrivez le.
Eh oui, c'est lui, l'Homme de l'AtlantideJ'aurais aimé voler, nager sous l'eau sans limite. Mais surtout, je rêve chaque jour d'avoir une voix puissante, juste et suave, me permettant de faire des voltiges dignes de Marvin Gaye ou de faire trembler les murs et les cœurs comme Scott Walker.


2/ Quelle idée géniale vous a été "piquée" avant que vous n'en fassiez quelque chose ?
Des tonnes, des tonnes. J'ai dix idées par semaine, je n'en réalise presque aucune. J'ai été, par exemple, fort marri de voir que mon idée de réveil vibreur m'avait été piquée par Tonino Benaquista dans son dernier roman. Ou d'apprendre que les cafés-laveries existaient déjà à Miami. Mais je place de grands espoirs dans le téléphone portable à double carte-sim et dans mon système anti chaussettes dépareillées (encore à peaufiner, cependant…)

3/ Quand vous regardez la mer, quelle est la première chose qui vous vient à l'esprit ?
1) Je trempe le pied ou pas ? 2) C'est l'Espagne qu'on voit la bas ? 3) Merde, on voit pas si y'a des cailloux 4) Que j'aime ce bruit, que j'aime ce bruit…

4/ Pratiquez-vous le caissièr(es)/serveur(ses)/ouvreur(ses) flirting ?
Je réponds toujours "oui" quand une serveuse me demande : "Vous désirez ?". Je fais le faux désespéré, en caisse, lorsque je découvre le montant de mes achats en disques et en livres. C'est minable.

5/ De quel droit l'honneur devrait-il être asservi au fait de dire la vérité ?
Ben… euh… c'est pas toujours le cas. Un homme peut très bien mentir à quelqu'un pour rester un homme d'honneur auprès d'autres… C'est celle-là, la question paresseuse ?

6/ Avez-vous déjà, à l'instar des frères Mantle de Faux semblants éprouvé une émotion esthétique pour un organe ?

J'ai eu un pensée tendre pour ma rate après son ablation. Mais on ne m'a pas laissé la voir. Sinon, vu que je n'ai jamais croisé un foie en vrai, je ne saurai dire.

7/ A quel assassinat auriez-vous aimé être présent ?
Sharon Tate et ses copinesAucun. Surtout pas celui de Run DMC hier soir, ça devait être violent. Ni celui de Sharon Tate, ça devait être affreux. (Cette question m'a permis de découvrir le répugnant Celebrity Morgue)

8/ Etes-vous, comme moi, terrorisé par la formule 2√231 lue en transparence ?
Non.

9/ Quelle est la plus belle association de mots (je serais même tenté de dire "le plus beau syntagme", au risque de passer pour un cuistre) que vous connaissiez en langue française ?

Le plus beau, je saurai pas dire. Mais "Arbres profonds" (Hugo, Contemplations), je trouve ça sublime.

10/ J'ai longtemps diffamé le prénom Benoit avant d'en connaitre un. Etes-vous de ceux qui croient que les Stéphanie ont des têtes de Stéphanie, les Claude des têtes de Claude, etc ?
Les Stéphane sont fades, les Franck et les Arnaud sont blonds et sont plutôt beaufs, les Michèle sont belles. J'ai un très mauvais souvenir d'un Hervé, mon red chef adjoint me fera haïr les Pascal. Sinon, les Caroline sont jolies, les Yann des gars chouettes. J'oubliais : habituellement, Madeleine, Suzanne et Janine sont vieilles.

J'ai frôlé la mort, moi, madame

Après avoir lu l'excellent récit de son immolation du bras, j'avais promis à lilou, de blogmeblogmoi, de lui raconter à mon tour mes expériences proches de la mort. En voilà une première. Vous pouvez y aller en cliquant ici ou sur la vignette "cassable".

29 octobre 2002

Sans les esquimaux

Depuis tout petit, je reste fasciné par le nombre de personnes nécessaires à la fabrication d'un film, d'autant plus lorsqu'il sont 75 cités à la fin d'un court-métrage de trois minutes tourné en DV, lumière naturelle et prise directe. Cette constatation faite, le lent défilé de leurs noms en blanc sur fond noir, du bas vers le haut, accompagnés d'une musique de remplissage, reste quelque chose de peu captivant. Les télés l'ont bien compris, qui ont entrepris d'accélérer la chose, histoire qu'on puisse plus vite s'émerveiller de l'efficacité des nouvelles lingettes Cif sur les fesses de bébé.

Une frange de la population fait cependant exception : le public des cinémas indépendants. Ils restent, impassibles, à contempler l'égrenage de patronymes inconnus. La dernière image a beau avoir été projetée depuis une bonne minute, les acteurs principaux ont beau avoir été depuis longtemps cités, ils ne bronchent pas. Pas une bribe de conversation, pas une main cherchant sa veste sur le siège d'à côté, pas un regard détourné. Concentrés, les yeux rivés sur l'écran, ils ne font pas un geste avant de voir les logos de Kodak, les mentions sur les animaux et la date de tournage en chiffres romains. Même les quelques téméraires qui ont eu l'impudence de se lever sont pris d'une soudaine culpabilité au moment de franchir la porte, et restent finalement immobiles dans l'allée, à fixer l'écran.

Que cherchent-ils ? Qu'attendent-ils ? Connaissent-ils tous le figurant qui achète son pain avant le héros ? Ont-ils tous un membre de leur famille assistant lumière ? Font-ils une thèse sur les professions peu connues du cinéma contemporain ? Tiennent-ils vraiment à savoir si le deuxième coiffeur de Gena Rowlands était bien moldave, quel était le traiteur de plateau du dernier Greenaway, quelle est la marque de la caravane de Jeanne Balibar ?

Beaucoup répondront qu'ils attendent de voir le titre d'une chanson qu'ils ont cru reconnaître pendant le film. Et les titres des chansons passent toujours à la fin : peut-être, d'ailleurs, les représentants des petits métiers du cinéma ont-ils passé un contrat avec les studios pour que la discographie d'un film passe en tout dernier, histoire qu'il reste quelques spectateurs dans la salle quand leurs patronymes d'anonymes défilent.

Ceci dit, cela peut parfois être assez drôle. Dans Austin Powers 3 (Pourquoi suis-je allé voir cette sombre merde, pourquoi ?), le méchant chauve attache son clone nain contre son torse à l'aide d'un harnais pour bébé et le fait, bien évidemment tomber. A la fin du générique (j'attendais un hypothétique gag surprise), les Américains, tout prudents qu'il sont, ont pris soin de préciser qu'il ne fallait pas faire n'importe quoi avec les harnais, ça paut faire mal à bébé.

28 octobre 2002

La grande agence m'agace

Grand travail à l'AFP, belle coordination !!! Un de leurs journalistes américains, visiblement bien inspiré par l'article de Wired né de nos découvertes, à Emmanuelle et à moi, a écrit un article sur cenobite.com et les pages al-qaïdiennes que le site cachait malgré lui. Les blogueurs ne sont pas cités, bien évidemment (grrrr......), on y trouve les mêmes phrases des mêmes intervenants que sur Wired, mais surtout pas une allusion au fait que c'est une erreur de la même AFP qui m'a permis de découvrir les faits.

24 octobre 2002

Vive la télé du futur

Oh, ben ça valait le coup de se creuser la tête sur la Télévision Numérique Terrestre : un MCM "amélioré" (ça veut dire quoi, ça ? Plus de poufs, plus de R'n'B et plus de reportages promos pour les films de Besson ?), un M6 Music (soit plus de R'n'B, plus de Poufs et plus de promo pour les L5 ?), une chaîne NRJ (soit plus de R'n'B, et les vieux clips d'Eric Serra, pour plaire aux "moins de 50 ans", une cible qu'elle est pas risquée), Télé Monte Carlo (soit plus de poufs, mais riches, et plein de séries allemandes)... Je réserve mon décodeur...

23 octobre 2002

Un nouveau favori

J'ai rajouté, dans les "Forever Favorites", un lien vers Fimoculous, un blogue monstrueux, aussi économe sur les mots qu'il est généreux en liens de toutes sortes. Chaque jour, on y trouve du beau, du drôle, du surprenant... des tonnes de sites qu'on a aussitôt envie d'envoeyr aux copains. Exemple, ces derniers jours, j'y ai trouvé les MP3 de Morrissey (voir dans la boîte), des images de la Simpsonmania en Thaïlande, des ambiances sonores finlandaises, un reportage interactif sur les gens de Patagonie, une page sur la typographie érotique... Bref, à visiter régulièrement. Emmanuelle et Pélican l'ont déjà adopté.

Bashung, avec un B comme...

La voix de Bashung me dérange, et sa façon de refuser le chant comme les acteurs de Bresson refusent le jeu a tendance à m'agacer. Reste que musicalement, je n'ai rien à redire, et son nouvel album semble délicieusement capiteux, malgré cette irritante "diction chantée".

Seulement, une fois encore, le petit monde de la critique rock nous fait son syndrôme be Beck. Non qu'il faille se méfier automatiquement d'un album dès lors qu'il est partout encensé, on ne va pas se faire excessivement bougons. Mais il arrive que ça vole très très haut.

Prenez Véronique Mortaigne, journaliste au Monde qu'on imagine plus croquant dans un pain d'épice au jasmin que secouant la tête à l'Elysée Montmartre. Elle a mouillé quarante culottes en écrivant son éloge : "Par imprudence, ou par audace, on le placera au niveau des plus beaux, des Ferré d'avant la grandiloquence, des Gainsbourg révolutionnaires. Et pour ne pas lui octroyer de limites hexagonales, ajoutons que L'Imprudence atteint un niveau de sophistication rarissime dans la production musicale mondiale", écrit-elle, toute émue. Dommage qu'à côté de ça, l'article soit bon... On ne pourra pas griffer pas en toute impunité.

Heureusement, le Journal du Dimanche n'a pas cette chance, et pousse malgré cela l'audace encore plus loin : "Et puis il y a sa voix, cette voix blanche et noire, effrayée, qu'on dirait parfois enregistrée dans le coffre d'une voiture volée". Si les journalistes se mettent à écrire comme Marc Lavoine, on n'est pas sorti d'affaire.

21 octobre 2002

Un beat s'éteint

On ne va pas pérorer sur la disparition des émissions musicales à la radio. Disons seulement que c'est déjà une hécatombe en France, et que s'ils nous font le même coup en Grande-Bretagne, on n'est pas sorti d'affaire... Un bon refuge qui nous a réchauffé les muscles à coups de mixes d'exception va s'éteindre : la BBC a décidé de mettre fin à la case Solid Steel, rendez-vous hebdomadaire des DJs du label Ninja Tune. C'est triste. On pourra toujours se consoler en écoutant leur dernier mix, ce soir à partir de minuit....

20 octobre 2002

Le petit Indien


J'ai vu Signes ce dimanche. Nous étions cinq, j'étais le seul à avoir apprécié ce film. Je sais que les coups ont déjà plu, et continueront de pleuvoir, sur le nouveau Shyamalan... Et je reconnais qu'il y a, dans ce film, beaucoup de prises auxquelles les pinailleurs peuvent s'accrocher avec délice : son dernier quart d'heure évacué précipitamment, sa fin qui peut sembler facile et dédaigneuse, sa dernière image moraliste, sa thématique un peu foireuse sur la nécessité de la foi... Mais ces maladresses accumulées me sont apparues comme presque touchantes, expressions de la ténacité avec laquelle Shyalaman reste naïvement étranger au cinéma hollywoodien : malgré les apparences, le petit indien ne raisonne pas en fonction d'un dénouement, mais d'une évolution. Il a beau rester dans les mémoires comme le nouveau roi de la fin scotchante, ses films sont avant tout des récits d'apprentissage.

Dans Signes comme dans les autres, il raconte la même chose : comment un homme de quarante ans apprend à croire à ce qu'il se refusait naturellement à croire. La trame de Signes est encore une fois la longue et pénible acceptation de l'inacceptable, de l'inconcevable : chaque scène raconte une étape de cette progression, mise comme toujours face à l'évidence avec laquelle les enfants affrontent ce que les adultes ont du mal à encaisser.

Le film est également une féroce mise en perspective des événements du 11 septembre, de l'importance des médias dans le développement de nos peurs. Les jeux de mise en scène autour de la télévision, qui est rejetée avant de fasciner, qui devient le symbole d'un début d'acceptation... Les personnages sont à la fois terrifiés et fascinés par l'écran, alors qu'y sont montrés des choses incroyables, et j'ai reconnu dans leur peur et dans leur désir compulsif les mêmes sentiments qui m'animaient lors du 11 septembre. Shyalaman fait tout cela avec un certain humour, ce qui ne gâche rien...

Enfin, et cela, même les plus sceptiques le reconnaitront, le petit indien est un roi de la caméra. Parce qu'outre toutes ces considérations, Signes est surtout un film très très flippant. Il nous file les jetons avec des portes fermées le gars, et c'est pas rien...

18 octobre 2002

Pardon my french

Dear English speaking surfers, welcome. Thanks to Emmanuelle, you're here. I'm sorry, my English's not fluent enough to write here in your charming language. But if you click here, a nice robot will make a clumsy translation of my blog : it's quite funny, you'll see...